Parole à elles

Parole à elle , Trouver Vivre Vrai Amour

Aujourd’hui je souhaite lire mes sœurs et mes mamans.

Je vous dis tout d’abord merci pour le complément merveilleux que vous êtes pour les hommes.

Vous avez des attentes envers l’homme, et j’aimerai que vous aidiez les hommes à mieux savoir ce que vous attendez d’eux et comment cela peut conduire à bon port la vie affective à deux (amitié, fiançailles, mariage)

Merci chères sœurs et mamans de me répondre en commentaire ci-dessous.

Soyez déjà bénit

Tagués avec : , ,

13 règles d’or pour séduire un homme

Après mon article annonçant ma rentrée blog, j’ai pris le temps de préparer cet article à mes sœurs.

Je vous propose ces 13 règles pour vous aider à mieux vous lancer dans votre vie affective.

1- Reste toi-même : sois naturelle

Reste toi-même parce que si tu n’es pas toi même dans une relation, ça va se sentir. Et si tu n’es pas naturelle, si tu fais des efforts pour devenir une personne différente, il y aura moins de séduction parce que tu ne seras pas toi-même. Sois toi-même, mets tes atouts en avant et ne copie pas un modèle, c’est le plus important.

Tu verras qu’en restant naturelle, qu’en restant toi-même, en étant capable de dire ce que tu as envie de dire, ça simplifiera énormément les choses.

2- Montre-lui qu’il te plaît

Ne te dis pas, je ne dois rien faire du tout, je dois attendre que l’homme de ma vie vienne à moi. Il faut un minimum mais pas de trop. Il faut montrer à l’homme que tu souhaites avoir, qu’il te plait. Les hommes ont énormément de mal à faire le premier pas, contrairement à ce qu’on pense. Donc en fait il faut les inciter à venir vers toi. Il faut leur donner des encouragements.

Utiliser le regard, le sourire et le toucher pour montrer à quelqu’un qu’il t’intéresse. En couple, tu peux aussi continuer à utiliser ces techniques ; le regard, le sourire et le toucher ; pour montrer de l’intérêt et de l’affection pour la personne avec qui tu vie. Ça permettra d’entretenir la relation au quotidien.

3- Regarde le

Le regard est très important. On dit qu’il est le miroir de l’âme, c’est à travers lui qu’on peut cerner les pensées ou sentiments de quelqu’un. C’est en regardant l’autre, qu’on entre vraiment en contact avec lui. 

Dans la séduction, le regard a une importance capitale : il permet de signaler à l’autre qu’il nous plait, de lui faire “les yeux doux et ainsi attirer son attention.”.

Dans le couple, je pense que la communication commence par-là : regarder la personne qu’on aime dans les yeux. La regarder, c’est une forme de reconnaissance au quotidien, c’est lui dire “tu existes pour moi”.

4- Touche le

Toucher une personne, c’est commencer à devenir intime avec elle, à se rapprocher d’elle. Mais il ne faut pas trop en faire pour qu’elle ne se sente pas “attaquée”, ce qui risque de la mettre sur la défensive.

Toucher une personne qu’on aime c’est lui montrer de l’intérêt au quotidien, c’est aussi une marque d’affection, un moyen de lui montrer qu’on l’aime. C’est comme arroser un peu une plante tous les jours pour qu’elle ne dépérisse pas.

5- Souris lui

Sourire fait du bien aux autres mais aussi à nous même, le sourire c’est l’expression de la joie. Un sourire est communicatif, quand quelqu’un te sourit on a envie de lui répondre. Un sourire peut à lui seul guérir une petite rancœur, une petite dispute. Un sourire montre à l’autre qu’on pense du bien de lui, qu’on est heureux avec lui ou tout simplement qu’on apprécie l’instant présent avec lui. C’est un geste de bonté qui illumine le cœur de l’autre.

6- Laisse-le faire des efforts

La plupart des femmes ont ce défaut, de vouloir à tout prix faire des efforts pour séduire l’homme qui les plaît. C’est une fausse route de faire tous les efforts pour lui. Parce qu’en fait les hommes ont tous l’esprit de conquérant. Ils ont besoin de sentir qu’ils sont capables de conquérir le cœur d’une femme. Ils ont besoin de lutter quelque part pour le faire.

Donc si c’est trop facile, si c’est du tout cuit, le défi ne sera pas aussi captivant. Et il risque de se lasser avant l’heure. Donc c’est pour ça que cette règle est très importante. Laisse-le faire les efforts.

Et surtout ne pas forcer les choses. Quand quelqu’un te plaît, n’essaye pas de forcer les choses. Si ça doit venir, ça viendra. Si vraiment tu lui plais, de toute façon, il fera l’effort de venir vers toi. Si tu lui as bien montré qu’il te plaisait et si tu lui plais également, laisse-le faire l’effort par lui-même. Laisse-le se battre un petit peu, qu’il y ait un petit défi !

7- Ne le harcèle pas

Le fond c’est de ne pas le harceler en fait, de ne pas le harceler de messages, de ne pas le harceler de coups de téléphone, de le laisser le plus souvent venir vers toi. De ne pas le déranger, de lui laisser quelque part sa liberté, de lui montrer qu’il est libre.

Si tu harcèles un homme, tu l’oppresses et ainsi tu es en train de lui montrer qu’il n’a plus de liberté. Tu l’emprisonnes et ça c’est très étouffant et ça ne l’attirera pas du tout.

D’autant plus qu’il se dira que tu es tout le temps sur son dos, que tu n’as rien d’autre à faire. Tu ne te soucies que de lui, tu ne te soucies même plus de toi-même. Tu te concentres totalement sur lui, et donc ça ce n’est pas du tout attirant aux yeux d’un homme. 

8- Reste indépendante

Si tu ne le harcèles pas, forcément tu resteras indépendante, tu garderas ton indépendance. Tu commenceras à t’occuper de toi même, à travailler, t’occuper de tes projets personnels.

Ne t’oublie pas quand un homme te plaît, c’est très important. Continue à avoir des objectifs, à avoir des projets personnels et continue à exister par toi-même. N’existe pas à travers l’autre ou à travers la relation avec l’autre.

Et en fait une femme indépendante est beaucoup plus séduisante. Il se souciera beaucoup moins de toi, tu ne seras pas un souci pour lui. Tu es une femme qui s’assume et ça une femme qui s’assume aux yeux des hommes, ils sont admirateurs de ça : le fait que tu sois indépendante, que tu sois capable de te débrouiller sans eux.

Donc peu importe ce qui se passe, même si un homme essaie de te rendre dépendante, qu’il essaie par exemple de te voir tous les jours ; il ne faut pas céder, surtout au début, il faut t’accorder des moments pour toi. Et ne pas oublier de t’accorder des moments, où tu fais des activités qui te passionnent, où tu travaille.

9- Donnes-toi progressivement

Tu ne vas pas te donner complètement dès le départ. Quand tu vas au restaurant, on ne va pas t’apporter l’entrée, le plat et le dessert en même temps. Eh bien là, je pense que c’est pareil. Il faut qu’il y ait un sentiment d’attente. Il faut qu’il y ait du suspense un peu.

Donc donne-toi progressivement, je ne parle pas des relations intimes, elles sont faites pour l’après mariage (Découvre mon article 5 astuces importantes pour éviter le sexe jusqu’au mariage). Apprends à le connaître un minimum, cherche à savoir si c’est quelqu’un qui veut du sérieux avec toi pour éviter les déceptions. Se donner progressivement peut être de ne pas présenter ta famille ou tes amis trop vite. Et ça peut être aussi de ne pas tout dire sur toi trop vite. 

Il faut qu’il y ait une part de mystère quelque part. Garde une part de mystère, garde une part de magie.

10- Accepte-le tel qu’il est (ou quitte-le)

En tout Homme il y a des défauts, et dans une relation il faut faire l’effort d’accepter l’autre tel qu’il est. Mais si tu n’es pas satisfaite, si tu n’es vraiment pas satisfaite, si tu as souvent envie de le changer, de le transformer, je pense que le mieux c’est de quitter cet homme plutôt que d’essayer de le changer. Un homme qui n’est pas accepté le sentira. Il ne se sentira pas à la hauteur, il ne se sentira pas à son maximum et donc il aura encore moins envie de faire des efforts pour toi.

Je pense qu’on a tous envie d’être accepté pour ce qu’on est. Et c’est important d’accepter l’autre, c’est une belle preuve d’amour. Si on a du mal à accepter l’autre c’est parce que souvent on a du mal à s’accepter soi-même tel qu’on est et on reporte ce complexe sur l’autre.

En fait, il faut montrer à l’autre que tu acceptes ses faiblesses et que tu acceptes ses atouts. C’est un packaging. Tu ne vas pas prendre une partie et délaisser l’autre, non tu prends le tout. Ou sinon, tu le quittes.

11- Ne le prend pas pour ton psychologue

Cette règle est très importante, surtout au début d’une relation. Parce que si tu rencontres un homme et que tout de suite tu lui parles de tes déceptions amoureuses, de tous les soucis que tu as eu dans ta vie sentimentale avant, déjà il aura une image déformée de toi. Parce qu’il te verra comme une fille qui souffre sentimentalement.

Donc soit, il pourra voir ça comme une faiblesse et il pourra profiter de toi et de ton manque de confiance en toi. Soit il aura peur de te faire souffrir et il essaiera de prendre des pincettes, mais il aura toujours cette peur de te faire souffrir par rapport à ce que tu as vécu.

Il faut te dire en fait que tu ouvres un nouveau livre à chaque fois que tu commences une nouvelle relation affective.  Sinon, tu seras trop influencé par ton passé et ça risque de le hanter dans ta nouvelle relation. C’est pour ça que c’est nécessaire de mettre le passé de côté quand on commence une nouvelle relation avec quelqu’un.

12- Ne fréquente pas un homme en couple

Cette règle, parce que souvent les femmes qui s’intéressent à un homme en couple ne sont pas encore amoureuses. Elles s’intéressent beaucoup à cet homme-là sans réfléchir aux conséquences qu’il va y avoir. 

Je te conseillerai de ne jamais te lancer dans une histoire comme ça. Cherche ton âme sœur et non une personne qui est déjà occupé. Un homme en couple ne peut-être ton âmes sœur.

Il faut se diriger vers des hommes célibataires qui seront là pour te consacrer 100% de leur temps libre.

13- Communique positivement

Et enfin, communique positivement. Essais de ne pas être dans le reproche. Pour ça, il y a deux moyens qui sont intéressants :

Il y a la Communication Non Violente. Ça permet de communiquer toutes frustrations mais de manière positive en utilisant des mots positifs. Ça permet de faire passer le message, de faire comprendre à l’autre tes besoins mais sans l’accuser, sans le culpabiliser pour ce que tu ressens.

Et il y a une autre manière de communiquer positivement en couple aussi, c’est d’écrire une lettre et d’expliquer tout ce qu’on a sur le cœur, et de ne parler à la personne qu’une fois qu’on a écrit cette lettre. Et en fait, ça dégage de toutes les émotions fortes qu’on avait. Et donc plutôt que d’aller parler directement à la personne à chaud, ça permet de se poser et de prendre de la distance par rapport à tout ça.

Voilà  les conseils que j’ai pour toi. Donnes moi ton appréciation et tes apports en commentaire, plus bas. 

Veux-tu recevoir chaque fois mes articles sur ton numéro WhatsApp?

Si oui, enrégistre mon numéro: 00229 67 81 08 55

et envoie moi TVVA suivi de ton Nom et Prénom

Tagués avec : , , ,

C’est ma rentrée : l’amour ! C’est fantastique

Salut à tous, anciens (nes) comme nouveaux (elles) lecteurs (rices)

Après quelques mois de pause de mon blog « Trouver et Vivre le Vrai Amour », je reprends mes activités, pour que nous puissions reprendre le chemin ensemble.

Le plan affectif a une place importante dans la vie de l’Homme et il est nécessaire d’en parler, d’en discuter, d’y réfléchir et de le planifier.

L’amour est fantastique, mais il peut devenir dégoûtant si on ne s’y prend pas comme cela se doit.

Certains m’ont demandé d’aborder des sujets, que je n’ai pas oubliés. J’y viendrai. Il s’agit de :

  • Astuces pour séduire un homme
  • Méthodes naturelles de planning familial

Que Dieu le Père Tout Puissant par son Esprit-Saint me fortifie et m’inspire, pour que je puisse satisfaire vos attentes.

Vos apports et recommandations sont également les bienvenus en commentaire.

Bisous Trouver Vivre Vrai Amour

Tagués avec : , , , , , ,

1er

Le 1er article de la rentrée en cours…

Ça fait 1 an

24 Juin 2017 – 24 Juin 2018,

1 an que j’ai commencé à vivre le vrai amour.

Merci Seigneur pour cette grande grâce que tu nous as faite, mon épouse et moi.

Je me rappel encore de vous qui étiez là, et de vous tous qui nous avez soutenus à distance. Que les bénédictions continuent de pleuvoir sur vous.

Après 1 an, qui n’est ni beaucoup, ni peu, je vous affirme que c’est une merveilleuse expérience de vie que d’être en couple après la bénédiction de Dieu. La main de Dieu est toujours la pour conduire le couple quand vous lui êtes fidèle. 

J’invite tous ceux qui n’y sont pas encore, d’en demander la grâce au Seigneur, pour vivre cette sublime expérience.

Père Éternel Dieu Tout Puissant  je te présente cette personne qui est entrain de lire ces quelles-que lignes en ce moment et je te demande au Nom de ton Fils Jésus-Christ de la bénir abondamment et surtout de lui accorder la grâce du mariage religieux devant Toi et devant les hommes si elle ne l’a pas encore, et si elle l’a déjà fortifie son foyer. Accorde lui ce dont elle à besoin et qui répond à ta volonté. 

Amen 

Tagués avec : , , ,

Jésus est amour

Jésus est le vrai amour

Les conséquences de la contraception moderne

Les conséquences de la contraception moderne

conséquences de la contraception

La « contraception » est un certain nombre de dispositifs (préservatifs, implants, pilules, etc.), et même la contraception dite « d’urgence » et la stérilisation. Ils sont d’autant plus « efficaces » qu’ils empêchent de contracter une grossesse à la suite d’un rapport sexuel.

Le préservatif est le moins fiable des contraceptifs. Avec les meilleurs préservatifs et une utilisation parfaite, il y a un taux d’échec de 15% pour éviter une grossesse à cause de la présence dans le latex de micro pores par lesquels peuvent passer des spermatozoïdes malgré la présence du spermicide dans les capotes. Et le virus du SIDA est 400 fois plus petit qu’un spermatozoïde. [1]

Les contraceptifs « hormonaux » sont les plus à la mode. Il y a plusieurs formes : pilules, patches cutanés, anneaux vaginaux, minipilules, implants sous-cutanés, et injectables. Leur principe d’action est le suivant :

  • bloquer l’ovulation : ce blocage est partiel et dépend du dosage et des hormones dans le contraceptif
  • modifier l’aspect de la glaire cervicale pour empêcher les spermatozoïdes de pénétrer dans le canal cervical et la cavité utérine
  • modifier la motilité des trompes pour empêcher soit les spermatozoïdes de remonter vers l’ovocyte, soit à l’ovule fécondée de rejoindre l’utérus pour s’y implanter
  • modifier l’aspect de la paroi de l’utérus de telle sorte que s’il y a fécondation, l’embryon ne puisse s’y implanter pour poursuivre son développement.

On se rend compte immédiatement au vu des deux derniers principes d’action que ces contraceptifs sont abortifs parce qu’ils détruisent volontairement l’embryon. Cela se passe « automatiquement » et les femmes ne peuvent voir l’avorton encore microscopique à la différence d’un avortement effectué après quelques semaines de grossesse.

Au nombre des effets secondaires qui peuvent disparaître après quelques mois ou rester pendant toute la durée de l’administration, il y a :

  • Nausées et vomissements
  • Maux de tête ou migraines
  • Grossissement, rétention d’eau (œdèmes)
  • Saignements menstruels abondants, irréguliers ou imprévus ; pertes vaginales
  • Sensibilité ou douleur aux seins
  • Sautes d’humeur, dépression, nervosité
  • Diminution du désir sexuel
  • Modification de la vision, difficultés avec les lentilles de contact
  • Symptômes gastro-intestinaux (crampes abdominales ou ballonnements)
  • Diminue la possibilité pour les femmes de bien connaître le fonctionnement naturel de leur corps et de leur cycle menstruel

A long terme, on observe :

  • Prédisposition accrue au cancer du sein, de l’ovaire, de l’utérus, du col
  • Formation de caillots sanguins : thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, thrombose cérébrale (3 à 6 fois plus fréquents par rapport aux autres femmes)
  • Infarctus (crise cardiaque)
  • Accident vasculaire cérébral (hémorragie cérébrale)
  • Hypertension artérielle
  • Affections de la vésicule biliaire
  • Maladie du foie
  • Lésions neuro-oculaires
  • Kystes ovariens
  • Pour les implants : long temps après leur retrait avant de pouvoir concevoir, stérilité.

De très nombreux cancers, surpoids, hypertensions et autres problèmes cardiovasculaires chez les femmes (pas tous), – et par suite une ruine financière pour la famille pour soigner ces maladies et bien souvent une mort prématurée – pourraient être évités si les femmes utilisaient plutôt les méthodes naturelles, efficaces et sans conséquence fâcheuse sur la santé. De plus, les nombreux malaises et nervosité ne favorisent pas l’harmonie du couple.

La contraception accentue les grossesses « non désirées »

Ceux qui promeuvent les moyens de contraception « modernes » prétendent faussement que ces derniers servent à prévenir les grossesses non désirées et par suite le recours à l’avortement qui peut être fatal pour la femme surtout quand il est pratiqué clandestinement. Cependant, c’est le contraire qui se constate. Car une grossesse peut survenir malgré l’utilisation de moyens contraceptifs – aucun contraceptif n’est efficace à 100% –, soit à cause de leur défaillance, soit à cause de leur mauvaise utilisation. Et les utilisateurs passent très facilement de la contraception à la contraception d’urgence et à l’avortement encore appelé pernicieusement « IVG » (Interruption Volontaire de Grossesse).

En France par exemple, une enquête nationale dénommée COCON (COhorte sur la CONtraception) menée de 2000 à 2004 a montré que [2] :

  • Les échecs de contraception restent fréquents : 1 grossesse sur 3 est qualifiée de « non prévue »
  • 2/3 des grossesses non prévues surviennent chez des femmes qui déclarent utiliser une contraception au moment de la survenue de ladite grossesse
  • 62% des grossesses non prévues aboutissent à un avortement

Même l’Alan Guttmacher Institute, la branche scientifique de Planned Parenthood, a reconnu que l’augmentation du taux de prévalence contraceptive s’est accompagnée d’une augmentation du taux d’avortement aux Etats Unis, à Cuba, au Danemark, aux Pays-Bas, à Singapour et en Corée [3]. Il reconnaît aussi qu’aux Etats Unis, 42% des utilisatrices de préservatifs ayant recours à l’avortement citent le glissement ou la déchirure de la capote pendant le rapport sexuel comme cause de leur grossesse « non désirée » [4]. Que dire alors si on veut réfléchir honnêtement sur la lutte contre les grossesses « non désirées », le VIH/SIDA et les IST en particulier chez les jeunes par la diffusion du préservatif ?

Il n’est pas difficile de comprendre que l’accent mis sur la contraception aboutit à la valorisation de la recherche du plaisir, à la déresponsabilisation des conjoints et des jeunes quant à leur sexualité à cause de la confiance qu’ils doivent désormais placer dans les contraceptifs qui ne sont d’ailleurs pas efficaces à 100%, et finalement à faire davantage refuser l’enfant lorsque celui-ci ose se présenter à un moment qui ne convient pas aux parents malgré toutes les précautions « modernes » utilisées pour l’éviter.

La contraception donc, loin de faire reculer l’avortement, se trouve dans son prolongement naturel.

Tout le monde connaît la célèbre phrase de Pierre Simon, franc maçon, ancien grand maître de la Grande Loge de France, et co-fondateur en 1958 du mouvement français pour le planning familial :

« La bataille de la contraception fut beaucoup plus longue et pénible que la lutte pour l’avortement. Une fois la contraception entrée dans les mœurs et reconnue par la loi Neuwirth, l’avortement fut examiné en son temps. L’avenir nous donna raison. Pour inverser une formule célèbre : nous avions gagné la guerre, il ne nous restait plus qu’à livrer une bataille » [5].

Il n’y a pas de solution véritable autre que l’éducation à la chasteté aussi bien chez les jeunes que chez les personnes mariées : abstinence pour les jeunes et fidélité dans le mariage avec l’utilisation des méthodes naturelles de régulation de naissance.

Même en Occident, de plus en plus de voix s’élèvent contre les discours habituels erronés à dessein sur la contraception et la banalisation de la sexualité surtout chez les jeunes [6].

Le danger des contraceptifs proposés aux jeunes

Notons, qu’en distribuant des contraceptifs à des jeunes, en les « conseillant » dans les centres de santé reproductifs, on les fait croire que les rapports sexuels ne sont rien et ne les engage pas ; on pousse ceux qui étaient vierges à « essayer pour voir ». Ils auront désormais une vie sexuelle active et achèteront eux-mêmes des contraceptifs, ce qui est un bon « deal » pour les fabricants. Ceux et celles qui avaient des relations occasionnelles ou régulières vont être renforcés dans leur comportement, convaincus qu’ils n’ont plus rien à craindre. Bientôt, les voilà piégés, déçus de l’amour, sans volonté pour résister aux pulsions, esclaves de sexe qui dévore leur temps et leurs ressources. Les voilà bientôt victimes de maladies cardio-vasculaires, de cancers, du VIH/SIDA, des IST, des grossesses « non désirées », de l’avortement et du syndrome post-avortement [7], inévitables, comme démontré précédemment. Les préservatifs sont d’ailleurs ce qu’ils sont et les jeunes sont les plus exposés à leur utilisation imparfaite et non systématique.

A cela, il faut ajouter les conséquences des déceptions amoureuses qui provoquent des dépressions, le suicide, des échecs scolaires, la perte de confiance en soi et aux personnes de l’autre sexe nécessaire pour contracter mariage ultérieurement, la difficulté d’être fidèle dans le mariage en raison de l’habitude contractée de multiplier les partenaires, le triste sort de se retrouver « fille mère » et à la charge des parents, le problème social et psychologique des enfants nés hors mariage, etc., etc.

Les conséquences pour les familles déjà constituées sont énormes car ces jeunes auront aussi comme partenaires sexuels des personnes déjà mariées, entrainant tôt ou tard des divorces. Ce sont autant de faits qui nous maintiennent dans le sous-développement.

Même en dehors de toute considération religieuse, un regard honnête sur les conséquences de la licence sexuelle chez les jeunes, par la mise à leur disposition de contraceptifs est un mal social qu’il faut combattre courageusement avec l’appel de saint Paul :

« Fuyez la fornication ! Tout péché que l’homme peut commettre est extérieur à son corps ; celui qui fornique, lui, pèche contre son propre corps. Ou bien ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? Vous avez été bel et bien achetés! Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1 Corinthiens 6, 18-20).

C’est pourquoi, les parents, premiers responsables de l’éducation de leurs enfants doivent se préoccuper d’avoir eux-mêmes une information correcte sur la sexualité et la contraception. Ils devront éveiller la conscience de leurs enfants au sens de l’amour vrai, du respect de son corps, de l’autre, de l’abstinence avant le mariage, et des dangers de tous ordres d’une sexualité désordonnée avec ou sans contraceptifs.

Les parents d’élèves, professeurs, directeurs d’établissements doivent, seuls ou en association, s’opposer de toutes leurs énergies à ce que leurs élèves ne soient pas endoctrinés par ces ONG criminelles qui tentent de plus en plus vulgariser les contraceptifs à l’école.

On vous dira qu’à la fécondation ce n’est pas encore le statut humain

Dès la fécondation, le zygote est un être humain unique. Il ne peut en aucun cas devenir un chien, un cheval ou un âne. Il ne sera jamais rendu humain s’il ne l’est pas dès le départ. Il est absolument humain. La vie humaine est sacrée, car dès son origine, elle engage directement l’action créatrice de Dieu qui crée toujours immédiatement l’âme immortelle pour le nouvel être formé par la fécondation.

Dès lors, mettre volontairement fin à la vie des plus faibles et des plus innocents d’entre nous, parce qu’encore dans le ventre de leur mère et entièrement confiés à leur protection – que ce soit à cause de l’utilisation des contraceptifs, pilules du lendemain ou par l’avortement direct – est un crime abominable, un péché gravement contraire au 5ème commandement :

« Tu ne tueras pas » (Exode 20, 13).

Sont aussi coupables de ce péché mortel tous ceux qui collaborent directement à ce meurtre.

L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave

L’utilisation de tous les contraceptifs hormonaux, des stérilets et des pilules du lendemain sont plus graves encore parce qu’ils sont abortifs. Tous les contraceptifs poussent d’ailleurs les conjoints (ou les partenaires) à choisir l’avortement direct en cas d’échec. De plus, l’effet des contraceptifs sur la santé n’est pas à négliger, car la vie et la santé sont un don de Dieu dont il faut en prendre grand soin. Enfin, la mentalité contraceptive favorise l’adultère, la fornication, la dislocation des foyers, la banalisation de la femme et finalement les violences faites aux femmes.

Sont également en état de péché mortel – et ne peuvent donc pas communier –, tous ceux qui coopèrent directement à ces péchés graves (propagandistes, prescripteurs, pharmaciens, vendeurs, etc.).

Les conjoints qui sont sous contraceptifs, de même que tous ceux qui vivent en état de péché grave (fornication, adultère, concubinage, prostitution, pornographie, masturbation, homosexualité, etc.) doivent savoir qu’ils NE DOIVENT PAS COMMUNIER avant d’avoir reçu la confession ou d’avoir régularisé leur situation.

La bonne pratique

La paternité et la maternité responsables impliquent chez les parents une prise en compte consciente du nombre des enfants, du devoir de les élever, de les soigner, de les nourrir, de les scolariser, de les éduquer, etc., en tenant compte de leur santé, de leurs ressources économiques et de leurs occupations socio-professionnelles.

Pour atteindre cette fin, les méthodes dites « de régulation naturelle des naissances » doivent être utilisées [8]. Elles offrent de nombreux avantages et ne sont pas abortives contrairement à la plupart des contraceptifs.

Je vous parlerai plus tard de la Méthode de régulation naturelle des naissances. 

 

Notes :

[1] Cf. National Institute of Allergy and Infectious Diseases, National Institutes of Health, Department of Health and Human Services, Workshop Summary : Scientific Evidence on Condom Effectiveness for Sexually Transmitted Disease (STD) Prevention, 2010.

[2] Cf. Nathalie Bajos et al., « Pourquoi le nombre d’avortements n’a-t-il pas baissé en France depuis 30 ans ?« , in Populations et sociétés, n° 407, Décembre 2004.

[3] Cicely Marston and John Cleland, “Relationships Between Contraception and Abortion : A Review of the Evidence”, International Family Planning Perspectives, Volume 29, Number 1, March 2003. La baisse du taux d’avortement qu’il y aurait lorsque le taux de fécondité est constant avancé par l’article est très controversée.

[4] Rachel K. Jones, Jacqueline E. Darroch and Stanley K. Henshaw, “Contraceptive Use Among U. S. Women Having Abortions in 2000-2001”, Perspectives on Sexual and Reproductive Health, Volume 34, Number 6, November/December 2002.

[5] Pierre Simon, De la vie avant toute chose, Edition Mazarine, 1979, p. 98.

[6] Les associations de parents d’élèves et les auteurs que l’on peut citer sont légion. Un livre récent : Thérèse HARGOTUne jeunesse sexuellement libérée (ou presque), Albin Michel, 2016.

[7] Le Syndrome Post Avortement (PAS) est le nom donné par les psychologues aux différents symptômes psychiques qui surviennent quelques temps après l’avortement. Ce syndrome sans solution psychothérapeutique affecte en premier lieu les femmes qui ont avorté mais aussi les hommes, les médecins et le personnel soignant ayant collaboré à ce crime abominable. Chez la femme, laissée à elle-même : pleurs incontrôlables, dépression, mélancolie, changements d’humeur, nervosité, inquiétude constante, dégoût de soi, sentiments de culpabilité, crise d’identité, sentiment d’échec, difficultés à se concentrer, peur, cauchemars, audition de voix d’enfants, de bébés qui pleurent, etc., etc.

[8] Cf. Pape Paul VI, Encyclique Humanae vitae sur le mariage et la régulation des naissances.

[9] Pour ce article je me suis servi de « Ce qu’on ne vous a jamais dit sur la contraception » écrits de Abbé Jean Emmanuel KONVOLBO,
Prêtre catholique
Professeur d’Écriture Sainte et de langues bibliques
Grand Séminaire Saint Jean-Baptiste de Wayalghin
Site web  : http://konvolbo.org

 

Tagués avec : , , , , , ,

L’âme sœur ?

L’âme sœur ?

 

âme sœurL’expression âme sœur nous est familière, mais qu’est-ce que nous-y mettons ?

C’est cette question qui m’a amené à faire des recherches et j’ai trouvé cette explication :

L’âme sœur est un concept qui évoque une compatibilité amoureuse qui serait parfaite entre deux individus. C’est la personne avec laquelle on a de fortes affinités sentimentales.

Je continu mes recherches cette fois ci en me tournant vers vous.

Et j’aimerai savoir auprès de vous qui me lisiez ce que vous entendez-vous âme sœur.

Merci de me répondre en commentaire.

Tagués avec : ,

Mon cadeau pour la Saint Valentin 2019

Voici mon cadeau pour la Saint Valentin 2019

Cadeau Saint Valentin

A l’occasion de la Saint Valentin 2019 je vous propose un cours sur « Le mariage et le foyer » composé d’une introduction et de 9 leçons à suivre en 1 mois, à raison d’un cours chaque 3 jours pour pouvoir mieux s’appliquer.

Voici le plan du cours :



Introduction

  1. Qu‘est-ce que le mariage
  2. Avant le mariage
  3. Le choix du partenaire
  4. Les fiançailles et le mariage
  5. Fonder un foyer
  6. Les devoirs du mari
  7. Les devoirs de la femme
  8. Les devoirs des enfants
  9. Les devoirs des parents

Pour profiter de ce cadeau, envoyez-moi par WhatsApp en cliquant ICI votre

Nom

Prénom

Et la phrase «Pour le cours le Mariage et le foyer » au plus tard le 16 février à 23h59 pour bénéficier du prix cadeaux 1000 F.

Le cours sera par WhatsApp

Alors profitez-en

Saint Valentin

Tagués avec : , , , , , , ,

Les conséquences de la pornographie

Les conséquences de la pornographie

Aujourd’hui  je veux partager avec vous les conséquences de la pornographie aussi bien sur l’homme, la femme, que sur le couple. J’ai fait des recherches sur internet et j’en retire pour vous la synthèse ci-dessous.

Je n’ai pas voulu faire des développements donc j’ai fait une liste de puce.

 

Voici les conséquences de la pornographie



  • Difficultés d’éjaculation chez les hommes.
  • Difficultés d’érection chez les hommes.
  • Une tendance à mal juger son (sa) partenaire, sans doute parce qu’on compare l’autre aux acteurs (trices) X.
  • Une tendance à plus accepter la violence sexuelle comme banale.
  • Un calibrage des fantasmes par le X.
  • Difficultés à être stimulés uniquement par son conjoint.
  • La perte de la libido
  • La paresse sexuelle dans le couple en amènant à être automatique sans chercher à faire les préliminaires.
  • Affecte l’intimité avec le conjoint pendant le rapport.
  • Rend ennuyeux les rapports intimes réguliers et amène à demander des choses de plus en plus bizarres au conjoint.
  • Difficulté à être tendres au cours des rapports intimes avec le conjoint.
  • Habitue à avoir une satisfaction immédiate et du coup, du mal à tenir sur la durée pendant le rapport intime.
  • Problème d’éjaculation précoce.
  • Beaucoup de mal à parvenir à l’orgasme.
  • Donne une vision biaisée de ce qui est physiquement attirantet empêche d’apprécier sa conjointe.
  • Entraine la masturbation.
  • Rend égoïste en amenant à ignorer les besoins de son conjoint
  • Une porte ouverte aux possessions démoniaques
  • Déshumanise les gens.
  • Représentation erronée de la sexualitéet des rapports entre hommes et femmes.
  • Entraine un décalage entre fiction et réalité
  • Les mariés qui commencent à  regarder du porno ont deux fois plus de chances de divorcer après quelques années”. Pour les femmes, c’est même 3 fois.
  • Manque d’estime de votre partenaire
  • Vie sexuelle décevante.
  • Déception, jugement de l’autre comme objet sexuel 

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut en sortir! Que ça soit soit vous ou un proche, sachez que Jésus-Christ peut vous restaurer.

 

Revenez à Jésus-Christ, Il est la solution.

Tu peux me contacter si tu as besoin d’orientation.

Tagués avec : , , , , , , ,
Top